Vienne : la gendarmerie lance une brigade mobile en camping-car

Le major Augouvernaire est l’un des dix réservistes de la gendarmerie qui vont sillonner le département. © Emmanuel Coupaye

Depuis ce matin, un camping-car siglé gendarmerie sillonne les routes du département : c’est la brigade mobile départementale. Elle va “tourner” dans les campagnes sept jours sur sept.

Il dégage un petit parfum de vacances mais c’est bien le nouvel outil de travail des gendarmes de la Vienne : un camping-car transformé à moindre coût en BMGD… une brigade mobile de gendarmerie départementale.

L’idée lancée par le général Jean-Jacques Taché, commandant de groupement de gendarmerie de la Vienne et commandant adjoint de la Nouvelle-Aquitaine a franchi toutes les étapes avant d’obtenir le feu vert et les crédits du ministère de l’Intérieur.

Le camping-car immatriculé en Vendée, relooké aux couleurs de la gendarmerie (la société Numerixis a conçu la sérigraphie apposée par la Société poitevine de peinture de Migné-Auxances) vient de prendre la route ce vendredi matin.

Il va sillonner les routes du département du lundi au dimanche à raison de deux communes “visitées” chaque jour.

Un outil pour aller à la rencontre de la population
Général Jean-Jacques Taché

Ce matin, il se rend à La Villedieu-du-Clain où l’inauguration est prévue en présence de la préfète de la Vienne et du préfet de la zone de défense Sud-Ouest. La BMGD se rendra dès cet après-midi à Tercé.

«Le principe est simple. Le véhicule est armé par quatre militaires de la gendarmerie. Deux réservistes arrivent sur le site dans le véhicule, ils sont rejoints par deux gendarmes de la brigade locale», explique le général Taché. «A l’intérieur du véhicule doté de toutes les technologies de communication modernes, les gendarmes peuvent recueillir des renseignements, prendre les plaintes, mais aussi délivrer des informations, faire de la prévention sur les cambriolages et les violences.»

Le planning des passages de la brigade mobile pour la fin mars. © Gendarmerie nationale

Pendant que deux gendarmes restent à la brigade mobile, deux autres peuvent patrouiller à VTT dans des secteurs où la gendarmerie passe peu. «C’est un outil qui s’inscrit parfaitement dans le cadre de la politique de sécurité du quotidien, un outil de rencontre de la population qui peut parfois s’estimer délaissée par certains services. C’est une expérimentation que l’on va mener pour une durée de six mois, on a établi un calendrier de passage avec les élus.»

Les jours de passage de la BMGD vont s’inscrire comme des rendez-vous fixes qui reviendront chaque mois. Le département des Deux-Sèvres s’est déjà montré très intéressé par cette première nationale.

Source et article complet avec photos/ vidéo: lanouvellerepublique.fr - Par Emmanuel Coupaye