Un objectif de 900 réservistes en Auvergne d’ici 2018

lamontagne-03112016

73 jeunes réservistes ont défilé avant-hier mardi, après 13 jours de formation à l’école de gendarmerie de Montluçon.? Photo : Cécile Champagnat © Cécile CHAMPAGNAT

Dans un contexte d’état d’urgence, le gouvernement mise désormais sur sa jeunesse pour renforcer la garde nationale. En Auvergne, plusieurs formations ont été organisées en ce sens.
«La réserve opérationnelle remplira des missions quasi identiques à celles assurées par les unités d’active, à l’exception du maintien de l’ordre et de la police judiciaire », déclarait le Premier ministre Manuel Valls en août dernier lors de sa visite à l’école de gendarmerie de Montluçon. Avant de préciser que « celle de la gendarmerie augmenterait de 25.000 à 40.000 unités d’ici 2019 ».  

73 stagiaires des quatre départements reçus à Montluçon

Dans cette optique, trois sessions de formation de réservistes ont été organisées cette année en Auvergne. « Nous formons des jeunes qui seront aptes à aller directement sur le terrain. Mais ils auront ensuite 2 à 3 jours de remise à niveau dans l’année. L’objectif est de former 900 réservistes d’ici 2018 en Auvergne », annonce Pascal Beaussein, conseiller de réserves régional. « Nous avons une forte demande par rapport aux autres années. 80 personnes sont reçues pour environ 120 dossiers sur chaque session », détaille le conseiller.
Je suis très satisfait, on a pris du plaisir à les accompagner.
Pour preuve, 73 stagiaires de 17 à 40 ans venus des quatre départements de la région, se sont vus remettre leurs insignes avant-hier à l’école de gendarmerie de Montluçon, après 13 jours de formation. « Le tir, maîtriser un individu, la légitime défense, la vie militaire… Ils ont acquis les techniques indispensables au travail sur le terrain », explique le lieutenant Christophe Minet. Le responsable de la promotion du mois d’octobre, a dressé un bilan positif de ces 13 journées : « On a eu des stagiaires un peu plus âgés que d’habitude, ce qui nous a permis de mixer deux générations et cela a été extrêmement constructif. Même si le programme a été très dense, ils sont tous venus avec la volonté d’aller au bout. Je suis très satisfait, on a pris du plaisir à les accompagner. » Une joie partagée par les futurs gendarmes adjoints de réserve, Caroline Buguet en tête, désignée major de la promotion : « Je suis fière d’avoir terminé major. C’était assez chaud aujourd’hui, j’avais des grosses responsabilités pour diriger le défilé. Mais tout s’est bien passé, il y avait une très bonne cohésion entre nous et un encadrement superbe. On est triste de se quitter. ».. Source et article complet: LaMontagne.fr