Tout ce que vous devez savoir sur la réserve opérationnelle

rogn twt Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a appelé «tous les citoyens patriotes qui le souhaitent» à rejoindre la réserve opérationnelle. En quoi consiste ce dispositif  ? Publié le Dimanche 17 Juillet 2016 à 09h19 Actualités > France-Monde Tout ce que vous devez savoir sur la réserve opérationnelle S.V. Ce samedi, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a appelé «tous les citoyens patriotes qui le souhaitent» à rejoindre la réserve opérationnelle. En quoi consiste ce dispositif ? 12 réactions Envoyer à Imprimer Les réservistes militaires peuvent venir renforcer les unités d’active sur des opérations telles que Sentinelle (archive Aurélien Laudy). Les réservistes militaires peuvent venir renforcer les unités d’active sur des opérations telles que Sentinelle (archive Aurélien Laudy). La réserve opérationnelle, dans laquelle pourront puiser les préfets, compte 12 000 volontaires, 9 000 de la gendarmerie nationale, 3 000 dans la police. Comment ça marche ? La réserve opérationnelle regroupe des citoyens volontaires, avec ou sans expérience militaire, âgés d’au moins 17 ans. Ils signent un contrat rémunéré (avec une solde dans les mêmes conditions que les militaires de carrière) pour quelques dizaines de jours par an. Pour en faire partie, il faut correspondre à des critères d’âge (limite fixée à 30 ans dans la gendarmerie et l’armée de l’air) et de forme physique. Selon le ministère de la défense, les réservistes peuvent se voir confier les mêmes missions que les militaires : « Les réservistes militaires permettent de faire face à la simultanéité des opérations et d’accroître la capacité des forces à durer en renforçant les unités d’active en particulier lors des pics d’activité (opération Sentinelle, plan Vigipirate, crises sur le territoire national, intempéries, services d’ordre public lors d’événements majeurs, protection de bases navales, de ports d’intérêt vitaux et d’installations sensibles…). » Combien d’effectifs ? Au 30 novembre 2015, la réserve opérationnelle comptait 51 000 personnes (28 000 pour le ministère de la Défense et 23 000 réservistes de la gendarmerie). L’objectif est fixé à 63 000 pour 2019. Pour renforcer le dispositif de réserve citoyenne, une augmentation de 77 % du budget annuel qui lui est consacré est prévue entre 2014 et 2018. A quoi est-elle utilisée ? Il existe de nombreux freins à l’utilisation concrète de cette réserve. Le premier est le temps de formation, d’autant plus indispensable quand il s’agit de mener des missions en armes. En outre, comme pour le volontariat chez les sapeurs-pompiers, la réserve vise des actifs. Il faut donc le soutien des employeurs pour qu’ils puissent servir la réserve au moins cinq jours par an. Pendant l’activité de réserve, le contrat de travail est en effet suspendu et l’employeur n’est pas indemnisé. Ce qui conduit certains réservistes à ne pas se faire connaître comme tels dans leur entreprise. Source de l'article: lunion.fr