Sécurité : des gendarmes réservistes en patrouille dans les TER des Hauts-de-France

Depuis quelques jours, vous apercevez peut-être des gendarmes patrouiller dans votre TER. Une convention pour renforcer la sécurité des usagers a été signée jeudi entre la région Hauts-de-France, la SNCF et la gendarmerie.

Des réservistes voyageront par groupe de trois dans les TER des Hauts-de-France. Leurs patrouilles seront quotidiennes, sur des trajets ciblés : les lignes les plus sensibles ont déjà été identifiées. Tout l'été, ils monteront notamment dans les trains en direction des plages du Boulonnais et du Calaisis. En août, les gendarmes seront aussi présents entre Amiens et Saint Quentin, Amiens et Montdidier.

"C'est la gendarmerie qui nous a dit voilà, on peut mettre à disposition des patrouilles dans les trains. Pendant six mois, ça ne vous coûte rien et vous voyez si au bout de six mois si ça apporte un service supplémentaire aux usagers et à la région. Banco", a déclaré le président de la région Xavier Bertrand.

Les réservistes de la gendarmerie ne prennent pas la place des contrôleurs - Xavier Bertrand, président de la région Hauts-de-France

Les gendarmes répondront aux inquiétudes des passagers, lutteront contre les incivilités, la fraude, et pourront interpeller des usagers en cas d'agression par exemple. "Les réservistes de la gendarmerie ne prennent pas la place des contrôleurs, et dans tous les trains de la région il y aura toujours des contrôleurs SNCF", promet Xavier Bertrand. Le président de la région assure également que ces patrouilles ne remplaceront pas non plus les agents de la sûreté ferroviaire.

"Le but est qu'on ne soit pas dans les mêmes trains, explique Stéphane Landas, directeur de la zone sûreté Nord de la SNCF. Toutes les semaines, il y a un pôle d'analyse et de gestion opérationnelle où police, surveillance générale et gendarmerie se rencontrent. On passe en revue les statistiques sûreté. On se dit, tiens, il faudrait mettre l'accent sur tel ou tel secteur. L'idée c'est de se partager les rôles parce qu'on a pas les effectifs pour être partout." Il y a 220 agents de sécurité ferroviaire dans la région...

Source et article complet: franceBleu.fr - Par: Margot Delpierre