Le Sancerrois, vrai champ de bataille du 3 au 7 mars

Le Sancerrois se prête bien aux exercices militaires. Archives © Eric Malot

Une vingtaine de réservistes de l’Armée de terre vont suivre une formation dans le Sancerrois. Manœuvres de véhicules, combat ou embuscade sont au programme.

Le Sancerrois va être le théâtre d’entraînements militaires du 3 au 7 mars prochains. Des réservistes du 12e régiment des cuirassiers d’Olivet (Loiret) – qui intervient notamment au Tchad, en Afghanistan ou au Mali – vont suivre une formation entre Sancerre, Saint-Satur et Veaugues.

Le Sancerrois propice au travail d’observation

« Nous allons faire des manœuvres à pied et en véhicule, déclare Charles, adjudant du 12e régiment des cuirassiers. L’objectif est de préparer les réservistes aux opérations et notamment à l’opération sentinelle. » Si le Sancerrois a été choisi, c’est d’abord « parce que les camps nationaux de manœuvres sont chargés » mais aussi parce que le terrain « plat et vallonné » se prête bien au travail d’observation et de renseignements que les militaires vont devoir fournir. « Les réservistes vont être confrontés aux civils, ajoute Charles. C’est un atout car cela va apporter une difficulté supplémentaire pour accomplir leur mission. »

La vingtaine de réservistes ont des profils très différents. Il y a des hommes, des femmes, ils sont âgés de dix-huit à quarante ans, certains vivent à Paris, d’autres à Tours ou dans le Loiret, ils sont douanier, conducteurs de travaux publics ou directeur adjoint de lycée… Tous ont décidé de donner du temps à l’Armée de terre. Ils ont signé un contrat pour trois ou cinq ans et doivent se libérer au moins trente jours par an. Leurs missions sont variables. Ils peuvent monter la garde au régiment, lorsque les personnels actifs sont absents ou être dépêchés sur l’opération sentinelle par exemple. Cette dernière est un appui de l’Armée qui vient renforcer la sécurité sur le territoire national, notamment dans le cadre de la menace terroriste.

« Les bourgs du Sancerrois sont clairsemés donc nous n’aurons pas d’impact sur la sécurité routière »

Dans le cadre de leurs exercices sancerrois, les militaires d’Olivet s’entraîneront à plusieurs types de menaces comme l’embuscade ou la réaction face à une foule hostile mais aussi à de la marche d’infiltration.

« La population ne doit pas avoir peur, ajoute l’adjudant. Nous allons arriver avec environ cinq véhicules, des camions et des 4x4 mais pas de char Leclerc ! Nous allons nous entraîner à des combats, des balles vont être tirées. Il va y avoir du bruit. Mais les gens peuvent venir nous voir, on expliquera nos missions. » Même si certaines manœuvres se dérouleront au cœur des communes, comme sur la Nouvelle-Place ou vers la mairie de Sancerre, la vie des habitants ne devrait pas être chamboulée. « Les bourgs sont clairsemés donc nous n’aurons pas d’impact sur la sécurité routière. Et notre marche d’infiltration, entre Veaugues et Sancerre par exemple, se fera par les chemins communaux pour ne pas gêner la circulation. »

Travail de renseignements, combat, réaction à une embuscade ou une foule hostile

La majorité des exercices se feront...

 

Source et suite de cet Article: LeBerry.fr - Par: Chloé Gherardi