Metz : quand les réservistes prêtent main-forte aux gendarmes

replorrain-resmainforte
En opération statique de contrôle ou en patrouille, les réservistes veillent à la sécurité des personnes et des biens. Photo Gilles WIRTZ

Quelque 25 000 personnes sont actuellement engagées dans la réserve, au niveau national. À la compagnie de gendarmerie de Metz, ils sont 116 volontaires. Quelles sont leurs missions ? Quelles sont leurs motivations ? Comment devenir réserviste ?

Rond-point de la D913 et de la D66, à Fleury : une dizaine de gendarmes, armes au poing, arrêtent aléatoirement les véhicules. Ce qui pourrait s’apparenter à un banal contrôle routier est, en fait, une opération visant à contrôler les flux de populations. Elle est assurée par des volontaires de la réserve opérationnelle, à savoir des citoyens (étudiants, actifs ou retraités) qui se sont engagés pour renforcer l’action des différentes unités. Leur objectif : garantir, notamment, la sécurité des personnes et des biens mais aussi renseigner et alerter. Uniforme, gilet pare-balles et armement, rien ne les distingue des militaires de l’active. « Ils sont, actuellement, 25 000 volontaires (civils ou anciens gendarmes) à avoir signé cet engage ment à servir dans la réserve. L’objectif national est d’atteindre les 30 000 personnes. Ils sont employés dans leur département de résidence, à proximité de leurs lieux de vie. Cet ancrage territorial et l’immersion en brigade permettent de tirer pleinement parti de leur connaissance du terrain et de la population, tout en garantissant une disponibilité », explique Marc Léoutre, commandant la compagnie de gendarmerie de Metz. « Le but n’est pas la répression, indique l’adjudant Alexandre Petit, commandant de la brigade territoriale de Rémilly. Cette action est menée dans le cadre de la lutte anti-cambriolages pour voir ce qui entre et sort de notre secteur. »

Au niveau national, 25 000 hommes et femmes composent la réserve opérationnelle

Une opération rendue possible grâce aux effectifs de la réserve opérationnelle. Sous réserve de remplir les conditions nécessaires, tout citoyen peut faire acte de candidature pour renforcer l’action des unités des brigades de terrain. Suite à l’attentat de Nice, Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, a souhaité renforcer ce dispositif déjà existant. « L’enjeu est important puisqu’il s’agit de densifier notre présence sur le terrain. Ils vont au contact de la population dans ce contexte de menace terroriste auquel il faut répondre, souligne le lieutenant-colonel Léoutre. Il s’agit de montrer que nous sommes présents et d’assurer des missions de sécurité publique ou de lutte contre la délinquance. Les réservistes sont là pour faire de la prévention dans la lutte contre les cambriolages et faire remonter des informations pour les phénomènes de radicalisation par exemple. En effet, la délinquance, aussi bien terroriste que criminelle, est de plus en plus mobile. Rappelons que 80 % du territoire de l’arrondissement de Metz est assuré par les gendarmes de la compagnie. Nous avons, donc, une vraie mission de contrôle pour lutter contre tous ces phénomènes. Par le biais de patrouilles dans les zones pavillonnaires notamment ou de postes fixes, les réservistes sont autonomes. C’est le commandant de brigade qui oriente leur action tant au niveau de la zone géographique que du créneau horaire. » Leur rémunération varie de 50 € à 100 € par jour en fonction du grade. À noter qu’un ancien militaire conserve son ancienneté.

Le recrutement est permanent. Inscription dans la brigade de gendarmerie de votre domicile.

116

C’est le nombre de réservistes que compte actuellement la compagnie de gendarmerie de Metz. Parmi lesquels 94 hommes et 22 femmes. À titre de comparaison, ils sont 400 dans tout le groupement de la Moselle. Du 1er janvier au 31 juillet, ils ont déjà effectué 2 000 jours de réserve.

Mode d'emploi

Pour être réserviste, il faut : - être de nationalité française ; - être âgé de 17 à 40 ans ; - avoir suivi la Journée Défense et Citoyenneté (JDC) ; - avoir une bonne condition physique ; - être apte moralement et psychologiquement.

« La tablette tactile accompagne la mobilité du gendarme et renforce son efficacité »

C’est le nouvel outil qui vient d’être mis à disposition de la gendarmerie. La tablette tactile leur permet d’avoir une partie des outils du bureau sur le terrain. Cartes d’identité, cartes grises ou permis de conduire sont scannables et facilitent ainsi toutes les vérifications nécessaires.

Cédric, étudiant : « Servir mon pays »

À 22 ans, Cédric est l’un des réservistes de la compagnie de gendarmerie de Metz. Témoignage.

Alors qu’il s’apprête à rentrer en 3e année à la fac d’histoire, Cédric, âgé de 22 ans, s’est engagé comme réserviste il y a trois ans. « J’ai entendu parler de la réserve dans la gendarmerie par la cellule de recrutement lorsque j’étais en fac de droit, explique cet habitant de Scy-Chazelles. J’ai eu envie de découvrir un autre univers, de servir mon pays tout en ayant une dose d’adrénaline. Cette expérience me permet aussi de découvrir les réalités du terrain autrement. Ça m’a paru noble de donner de mon temps à une aussi vieille institution que la gendarmerie. » À la question de savoir si une carrière dans la gendarmerie le tenterait à l’issue de son cursus universitaire, le réserviste avoue y avoir déjà pensé mais préfère terminer ses études. « C’est une option à laquelle je pense sérieusement. En étant réserviste, ça me permet de me faire ma propre idée du métier sur le terrain et d’en discuter avec les actifs. C’est aussi une belle opportunité pour rencontrer tous les profils de carrière. » Ses tests réussis et les formations en poche, voilà notre étudiant prêt à endosser l’uniforme bleu, à raison de 120 jours au maximum par an. « Nous avons reçu une formation de plusieurs semaines au cours desquelles j’ai appris le maniement des armes à feu, le secourisme et divers points de législation. » En point d’orgue de tout cela : une cérémonie avec la réception du Diplôme d’aptitude à la réserve et la médaille de la Préparation militaire en gendarmerie. Et de conclure... Source et suite de l'article: republicain-lorrain.fr