Melun : baptême de promotion des officiers de réserve

La cérémonie de baptême et de remise de galons à la promotion 2018 des élèves officiers de réserve a eu lieu en plein cœur de l'été dans la cour de l'Ecole des officiers de la gendarmerie nationale (EOGN), à Melun. L'occasion de redorer le blason de ce corps terni par l'affaire Benalla.

La promotion 2018 a été baptisée du nom du sous-lieutenant Annic, un gendarme résistant de la première heure, ayant participé à de nombreuses actions contre l'ennemi et ses moyens de communication, mort, le 14 juin 1944 en portant assistance aux victimes d'un bombardement.

La cérémonie présidée par Jacqueline Gourault, ministre auprès du ministre d'État, ministre de l'Intérieur, en présence du secrétaire général de la préfecture Nicolas de Maistre, du général de corps d'armée Christian Rodrigues, major général de la gendarmerie nationale et du général d'armée David Galtier, inspecteur général des armées de la gendarmerie, a réuni des élus locaux comme Patrick Septiers et Louis Vogel.

Devant cette illustre assemblée, les 59 élèves-officiers de réserve (EOR) se sont vus remettre leur galon d'aspirant par leurs parrains. Destinés à commander des pelotons de réservistes sur le terrain, ces officiers joueront également un rôle important dans la gestion des effectifs et leur maintien au niveau opérationnel, par le biais de la formation.

Issus de la société civile, ces 52 jeunes hommes et sept femmes âgés de 20 à 40 ans, tous gendarmes ou gradés dans la réserve, ont fait le choix de consacrer un mois de leur temps personnel pour s'engager au profit de leurs concitoyens et devenir officier de la réserve. Ils ont donc débuté le 25 juin dernier 4 semaines de formation denses, dont une passée au camp d'entraînement de Beynes, destinées à les former à l'exercice des responsabilités et du commandement opérationnel.

La réserve opérationnelle de la gendarmerie nationale est un des deux piliers de la garde nationale (défense/sécurité intérieure). Elle regroupe plus de 30 000 réservistes issus de la société civile et ayant tous des expériences diverses (du BTS en informatique au doctorat en sciences). En sortie de promotion, les missions de sécurité et d'intervention en soutien aux forces d'actives, qui leur seront confiées, leur offriront un emploi véritablement opérationnel à responsabilités et valorisant au service de la nation...

Source et suite cet article: lemoniteur77.com - Par: MSM Rédaction - Photo: (DR)