Marly-le-Roi : vingt-huit collégiens vont s’approprier l’univers de la Défense

Marly-le-Roi, collège Louis-Lumière. L’Education nationale et la gendarmerie viennent de signer une convention de partenariat pour la création de ce cursus unique dans les Yvelines. Gendarmerie des Yvelines

C’est une première dans le département. Le collège Louis-Lumière proposera une classe « Défense et sécurité globale » à la rentrée.

Ils vont découvrir tout un monde. À la rentrée de septembre, vingt-huit élèves de troisième scolarisés au collège Louis-Lumière de Marly-le-Roi vont bénéficier d’un dispositif inédit dans le département : un cursus au sein d’une classe baptisée « Défense et sécurité globale », comme il en existe une quarantaine en France.

Luigi Di Pietro, principal du collège, et Loïc Baras, patron des gendarmes du département, viennent de signer une convention de partenariat nécessaire à la mise en place de cette classe. Comment fonctionne la Défense ? À quoi sert-elle ? Quels sont les enjeux actuels en termes de sécurité intérieure et extérieure ? Chapeauté par la compagnie de gendarmerie de Saint-Germain-en-Laye et un professeur d’histoire-géographie du collège, le cursus vise à développer « les valeurs républicaines des élèves, les notions d’engagement, de cohésion, de citoyenneté ».

Un outil supplémentaire dans la relation école - Nation

Créée à l’initiative d’un inspecteur d’histoire-géographie de l’académie de Versailles, la classe Défense a aussi pour objectif de faire découvrir à ces adolescents volontaires les aspects patrimoniaux liés à l’univers de la Défense : la musique militaire en lien avec le conservatoire local, les Monuments aux morts, les champs de bataille…

Ces questions seront abordées en classe, de manière théorique, à raison d’une heure par semaine. Elles feront aussi l’objet de visites de terrain : la brigade d’investigation cynophile de Beynes, le Groupe d’intervention de la gendarmerie nationale (GIGN) basé à Versailles, l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN) implanté à Pontoise (Val-d’Oise)…

« Nous touchons à la relation entre l’école et la Nation, résume le principal du collège. De manière générale, les programmes de l’Education nationale nous imposent d’informer les élèves de troisième sur les questions de Défense. Cette dimension a été renforcée par la réforme de 2016. Nous envisageons la classe Défense comme un outil supplémentaire dans la palette. »

Nicolas Prévost, le professeur d’Histoire qui va encadrer ce cursus, envisage aussi d’organiser un voyage dans l’Est de la France, en lien avec le Centenaire de 1914-1918 et d’aborder les questions de Défense sous l’angle de la généalogie. L’idée étant de permettre aux adolescents « de se raccrocher à cette histoire, de comprendre qu’elle est aussi la leur ».

La gendarmerie est « porteuse d’un message pour la jeunesse »

Pour la gendarmerie, l’enjeu est de taille. « Avec ce partenariat, nous serons au cœur des liens armée - Nation et jeunesse - gendarmerie. Il est fondé sur une certitude : rien ne vaut la connaissance mutuelle, résume le commandant Pascal Lalois, qui va superviser le dispositif. Mais cette classe nous permet aussi de prouver que nous avons notre rôle à jouer dans l’éducation des jeunes. L’esprit de corps, la collectivité, la cohésion, l’entraide : c’est ce qui caractérise le statut militaire. La gendarmerie, riche d’une longue histoire, est porteuse d’un message pour la jeunesse. »

Sélectionnés sur lettre de motivation

Les élèves ont été sélectionnés sur lettre de motivation, après une journée de présentation au collège. La direction a reçu quarante candidatures. Gendarmerie des Yvelines Les futurs élèves de la classe Défense ont été sélectionnés sur lettre de motivation, au terme d’une journée de présentation organisée par la gendarmerie au sein du collège. La direction a reçu quarante candidatures… pour vingt-huit places.

« L’établissement est déjà très engagé dans le parcours citoyen »

La création d’une classe Défense à Louis-Lumière s’inscrit dans la continuité d’un travail sur la citoyenneté bien installé. « L’établissement est déjà très engagé dans le parcours citoyen, souligne le principal du collège. Depuis plusieurs années, nous organisons déjà des conférences sur le service militaire, les réservistes… »

Depuis dix ans, le collège est primé chaque année au concours national de la Résistance et déportation. Cette année encore, les 30 élèves qui ont participé à l’édition 2018 ont reçu le deuxième prix départemental et un prix académique avec un travail sur un thème imposé : « S’engager pour libérer la France ». Mais ce n’est pas tout : formation aux gestes de premiers secours, course annuelle contre la faim… « Nous abordons tous les aspects de la citoyenneté », résume le chef d’établissement.

Source de l'article: LeParisien.fr - Par Elisabeth Gardet - Photo Gendarmerie Nationale