Ils vont contribuer à faire respecter la loi

Les 31 agents de police judiciaire adjoints à l'issue de leur prestation de serment, hier matin. - (Photo NR, Patrice Deschamps)

Hier matin, trente et un réservistes de la gendarmerie ont prêté serment au tribunal de Tours. Ils sont désormais agent de police judiciaire adjoint.

J e suis très fier de participer à cette audience et de pouvoir recueillir votre serment. Hier matin, devant le tribunal correctionnel de Tours présidé par Christine Blancher, le procureur Jean-Luc Beck a salué l'engagement des trente et un réservistes venus prêter serment. Rappelant le contexte d'état d'urgence et « l'état de guerre » que les plus hautes autorités de l'État elles-mêmes n'ont pas hésité à évoquer, il s'est dit fier de les voir « contribuer à faire respecter l'état de droit » en leur qualité – imminente – d'agent de police judiciaire adjoint. Une mission au cours de laquelle ils pourront compter sur l'appui du parquet « dans le respect de la droiture, de la dignité, de la prudence et de l'impartialité », comme le rapelle leur serment. « Vous devrez faire preuve de loyauté dans les procédures… a-t-il rappelé, tout l'inverse de " la loi du plus fort " que certains voudraient nous imposer ! » Qu'ils soient étudiants, avocat, magistrat, employés ou salariés de l'industrie, du commerce, sapeurs-pompiers, policiers municipaux, ambulanciers… et, bien sûr, anciens gendarmes ou militaires, ils sont désormais agent de police judiciaire adjoint. Une évidence autant qu'une ambition pour Raphaëlle, fille de réserviste et réserviste elle-même, du haut de ses tout juste 18 ans. Après des sélections, des tests physiques, une préparation militaire et un stage, tous sont désormais aptes aux missions qui les attendent au sein de la réserve opérationelle de la gendarmerie.
Source de l'article: lanouvellerepublique.fr - Par Olivier Brosset