Grand Prix de Diane : les gendarmes de l’Oise misent sur la sécurité

Dimanche dernier a eu lieu le grand prix de Diane Longines sur l’hippodrome de Chantilly. Reconnue comme l’une des courses les plus prestigieuses du monde hippique, l’épreuve a rassemblé plus de 25 000 spectateurs. Le groupement de gendarmerie de l’Oise a mis en place un dispositif de sécurité à la hauteur de l’événement.

Comme chaque année depuis 1843, la ville de Chantilly accueille la plus grande course de pouliches au monde. Rendez-vous incontournable, tant pour les fans du monde hippique, les sportifs que les célébrités, le grand prix de Diane a attiré, dimanche 17 juin, plus de 25 000 personnes.

En marge des courses et des paris, cette compétition se veut être la course la plus élégante et prestigieuse de la saison hippique, mais l’heure est avant tout à la prudence et à la sûreté.

« La sécurité est la clef principale de la réussite de cet événement de renommée mondiale », explique le chef d’escadron Nicolas Blot, commandant la compagnie de Chantilly.

Gendarmes départementaux, réservistes, maître de chiens, brigade motorisée ou encore poste à cheval… plus de 90 gendarmes ont uni leurs efforts pour assurer la régulation du trafic, la surveillance des parkings et la sécurisation de l’hippodrome.

Parier sur une gestion du trafic routier

« Nous devons anticiper les risques majeurs, explique le chef d’escadron. Le risque terroriste est bien évidemment à prendre en considération compte tenu des enjeux politiques et économiques de l’événement, de la présence de nombreuses personnalités et de la portée mondiale de la compétition. Mais au-delà de cette menace, le risque principal concerne la circulation routière. »

L’affluence autour de l’hippodrome a été massive, multipliant la population de Chantilly par trois. « Le flux routier risque d’engorger très rapidement le réseau routier de Chantilly, entraînant d’importants embouteillages, voire un risque accru d’accidents. Nous avons donc organisé un schéma de circulation routière, en liaison avec les organisateurs de la course, afin de faciliter les accès au site. »

Une cinquantaine de réservistes ont été assignés à la gestion du trafic. Leur mission : permettre un accès aussi fluide que possible à l’hippodrome. Un dispositif de signalisation a ainsi été mis en place pour orienter le public, des déviations ont été installées pour faciliter les accès au parking et tous les stationnements « sauvages » ont été interdits.

Source et suite de l'article: Gendinfo - Par Morgane Jardillier