Les gendarmes ont de la réserve

Augmentation des budgets par le gouvernement, élan de patriotisme post-attentats... Le nombre de gendarmes réservistes en Charente est passé de 10 à 30 par jour. Un renfort plus que bienvenu.

Même uniforme, gilet pare-balles, bâton et arme à feu à la ceinture… Sur le terrain, impossible de différencier un gendarme réserviste d’un gendarme professionnel. Depuis cet été, et l’appel du président de la République, ces volontaires de la sécurité sont beaucoup plus nombreux à sillonner les routes et les bourgs de Charente. De 140 réservistes début 2016, la Charente en compte désormais 189. Plus de 40 nouvelles recrues qui ont suivi en août ou en octobre la préparation militaire de la gendarmerie, à Saint-Astier en Dordogne. «Cette session d’octobre qui s’est faite en version flash, deux semaines au lieu de quatre, a été ajoutée pour ne pas que les personnes motivées après le choc des attentats et l’appel du Président ne se découragent en attendant la session de formation de l’été 2017», explique l’officier adjoint de communication Yvan Santouil. Trois fois plus de réservistes chaque jour Au-delà du nombre important de recrues supplémentaires, les réservistes sont surtout, grâce à l’ouverture des budgets ordonnée par le gouvernement, plus employés qu’avant. «Avant, on avait environ 6 à 10 réservistes par jour en poste sur l’ensemble du département, maintenant, on est plutôt entre 25 et 30, voir jusqu’à 50 lors de pics de besoin», chiffre le commandant Claude Lafarge, conseiller réserve du groupement de la Charente, lui-même... Source et suite de l'article: charentelibre.fr - Par Amandine COGNARD,