La garde nationale au coeur de la lutte contre le terrorisme

La garde nationale au coeur de la lutte contre le terrorisme

Un an après sa création par François Hollande, la garde nationale compte 72.000 réservistes, dont 7300 sur le terrain quotidiennement. L'objectif est d'atteindre 85.000 hommes et femmes d'ici 2018.

Un an tout juste après la création de la garde nationale, le symbole est fort. Dimanche dernier, lors de l'attaque au couteau sur le parvis de la gare Saint-Charles, à Marseille, c'est un réserviste, cadre dans le civil, qui a neutralisé l'assaillant. Caporal-chef au 1er Régiment étranger de génie de Laudun-l'Ardoise, dans le Gard, le légionnaire de 24 ans a tiré à deux reprises avec son Famas sur l'homme qui venait de poignarder deux jeunes filles d'une vingtaine d'années. Regroupés officiellement sous la bannière "garde nationale" depuis le 13 octobre 2016, date de sa création, les réservistes se sont illustrés lors de plusieurs attentats. Le 3 février dernier, la patrouille visée par un homme muni d'une machette au Carrousel du Louvre, était composée notamment d'un réserviste opérationnel. L'agresseur avait été légèrement blessé et avait blessé légèrement l'un des militaires. A nouveau en mars, un réserviste faisait partie des militaires attaqués à l'aéroport d'Orly. L'assaillant avait été abattu.

7.300 hommes employés quotidiennement

A la lecture de ces différents exemples, les autorités se réjouissent du succès de la garde nationale et de son intégration réussie au sein de la lutte contre le terrorisme. Au point qu'elle aura ses propres timbres dans quelques jours. En moyenne, les réservistes ont servi 32 jours. En 2017, ce chiffre pourrait atteindre les 35 jours. "La garde nationale va bien, elle est pérenne et indispensable", rappelait en début de semaine le général Gaëtan Poncelin de Raucourt, son secrétaire général. Et l'objectif est bien "l'emploi" de ces hommes. Actuellement, 7300 hommes et femmes sont employés quotidiennement sur les 70.000 qui composent la garde nationale.

L'objectif en 2018 est d'atteindre les 85.000 recrues - avec 40.000 réservistes militaires, 40.000 réservistes de la gendarmerie nationale et 5.000 civils de la police nationale - dont 9.250 qui seront mobilisés chaque jour. Mais il faudrait peut-être pas attendre la journée nationale du réserviste pour passer à un recrutement actif. "Nous n’avons pas de difficulté de recrutement, s'est félicité le général, selon La Croix. Nous recevons 40 à 50 candidatures par jour sur notre portail Internet, nous avons presque plus de candidats que de postes."

Compensations financières

Longtemps vue comme réservée aux militaires, la garde nationale attire des profils de plus en plus différents. Aujourd'hui, ce sont 70% de civils qui la composent. 20% sont des femmes. Près des deux tiers des membres sont d'ailleurs actifs, la moitié dans le privé, 17% sont étudiants, 15% sont retraités et 6% demandeurs d'emplois. Un tiers des réservistes a moins de 30 ans. Un succès, notamment auprès des jeunes, qui pourrait s'expliquer par les compensations financières.

Pour tout étudiant âgé de moins de 25 ans, une allocation d'études spécifique de 1200 euros est versé s'il s'engage pour une durée de cinq ans et...

Source et article complet: BFMTV.com - Par: J.C.