Équipement des réservistes – sécurité et hygiène sacrifiées

gpb Priorité du Président de la République depuis la mise en place du projet de Garde Nationale, la réserve opérationnelle est mise en avant tant par l’exécutif que par la DGGN. Cependant, cette volonté de passer de 25.000 hommes et femmes à 40.000 rend GendXXI sceptique quant à la capacité de l’arme à équiper convenablement ces effectifs supplémentaires. En effet, nombreux sont nos camarades réservistes à subir le manque de moyens et à travailler dans des conditions indignes. Pour exemple, certaines régions peinent encore à fournir des gilets pare-balle. Cet équipement indispensable à toute mission extérieure fait défaut dans de nombreuses brigades. C’est à la fois un effet d’habillement (housse) et un élément de protection (plaques de kevlar). Il n’est pas rare d’observer au sein des COB, depuis quelques mois déjà, un réel manque de matériel à destination de nos réservistes. En effet, ils se présentent sans avoir pour autre paquetage que leur seul uniforme, parfois des ceinturons. Il revient donc aux unités de fournir le reste notamment les fameux GPB. Le problème est que que le stock dit « volant » des unités est limité. Sans grande surprise, elles ne peuvent fournir à chacun le modèle adapté à sa morphologie et à son sexe. Cela pose aussi la question de l’hygiène car pour de simples raisons logistiques et d’usure il n’est pas possible de laver chaque jour les housses afin de donner un effet propre et sec chaque matin. Parmi les actives, qui serait prêt à enfiler un GBP dans lequel votre camarade a transpiré pendant des heures ? Seriez-vous à l’aise ou dégoûté ? Accepteriez-vous cela dans le cadre d’un service normal et programmé ? Non, alors pourquoi l’imposer aux réservistes ? Une solution, peu recommandable mais nécessaire pour honorer les missions est de prendre, sans leur avis, les GPB des permissionnaires et absents. Cette action est inadaptée car elle déplace le problème principal et met le militaire concerné devant le fait accompli. Ne serait-ce que pour des questions d’hygiène et de responsabilité du matériel perçu individuellement, cette pratique doit être bannie. GendXXI condamne ces pratiques et demande une dotation individuelle en GPB (housse + plaques) pour chaque réserviste afin de garantir le minimum d’hygiène exigible et, en cas de besoin, une protection balistique optimale correspondant à la morphologie de l’individu. GendXXI, APNM au service des militaires, dont ceux de réserve qui adhèrent déjà à notre association, invite tous nos camarades réservistes à rendre compte, individuellement, à leur hiérarchie de ces problèmes récurrents et connus de longue date. Les considérations financières ne doivent pas passer avant leur santé et leur sécurité. source APNM GEND XXI