Comment la police de sécurité du quotidien se met en place dans la Loire

La gendarmerie de la Loire veut être plus proche de ses citoyens. Voilà pourquoi une nouvelle brigade vient d’être créée dans le cadre de la mise en place de la police de sécurité du quotidien. C’est notre dossier de la rédac. Un chantier lancé il y a un an par le gouvernement. Le nom de cette nouvelle unité ? La brigade territoriale de contact. Depuis six mois maintenant, une petite dizaine de militaires sont déchargés des tâches administratives pour se consacrer davantage au terrain et à la prévention.

Les détails avec le colonel Romain Pascal à la tête du groupement gendarmerie de la Loire

Notre département compte 600 gendarmes et 300 réservistes opérationnels

C’est quoi la PSQ ?

La PSQ (police de sécurité du quotidien) est destinée à reconquérir des quartiers qui se sont éloignés de la République. Alors, ce n’est pas une police de proximité à proprement parler, même si ça y ressemble. Au début de l’année, plus de 70.000 policiers et gendarmes ont répondu à des questionnaires dans le but de déterminer les contours du dispositif. Dans la Loire, on se souvient que le Préfet Evence Richard est allé à la rencontre des forces de l’ordre pour écouter leurs doléances. Des initiatives vont ainsi voir le jour pour rapprocher policiers et gendarmes de la population. A côté de ça, 60 quartiers dit sensibles, dans toute la France, vont bénéficier d’un renfort de 15 à 30 agents. Ce sont les quartiers dits de reconquête républicaine. A Saint-Etienne, Beaubrun, Tarentaize, Montchovet et La Cotonne en font partie. La Préfecture nous fait savoir que le nombre de fonctionnaires qui seront affectés dans la Loire sera connue courant novembre.

Source de l'article: activradio.com - Par