Candidats réservistes: ce que vous devez savoir avant de signer

lavenirdelartois

Le chef d’escadron Didier Michaud (à gauche), commandant de la compagnie de Béthune-Lens, et le major Freddy De Barros, commandant de la bridage de Béthune.

Après l’attentat de Nice, le Président de la République voulait renforcer la réserve opérationnelle de la gendarmerie. Le message est passé. « C’est le grand rush, nous avons eu énormément de candidatures depuis l’annonce, jusqu’à 200 sur une même journée », confirme le major Freddy De Barros, commandant de la brigade de Béthune. Qui peut devenir réserviste ? Toute personne de 17 ans à 40 ans peut devenir réserviste, à condition d’être apte physiquement, mentalement et de ne pas être connue défavorablement par la justice. Il faut être de nationalité française et avoir satisfait aux obligations du service national, la journée défense et citoyenneté, ex-JAPD. Le gros des troupes est constitué de civils. Mais il y a aussi d’anciens militaires, des retraités de l’arme depuis moins de deux ans, soumis à la visite médicale et à l’entraînement. Quelles sont leurs missions ? Ils appuient les gendarmes de carrière dans leurs missions au quotidien. Ils sont employés au même titre qu’un gendarme. Quelle est leur formation ? Une fois la candidature acceptée, ils partent en formation PMG, c’est-à-dire préparation militaire de la gendarmerie, qui dure trois à quatre semaines. Ils apprennent les bases du travail, le droit, les obligations, l’utilisation de l’armement, du matériel spécifique. Ils travaillent avec la même tenue, le même armement et les mêmes munitions que nous. Ce ne sont pas des balles à blanc. Ils sortent de la formation avec la qualification d’agent de police judiciaire adjoint. Les réservistes peuvent-ils enquêter ? Non, ils ne sont pas habilités à cela. Ils peuvent seconder un officier de police judiciaire, contrôler des papiers, renforcer une brigade pour une opération de prévention sécurité routière etc. Quand sont-ils mobilisés ? Quand on en a besoin. Par exemple lors de gros événements qui ont lieu en zone gendarmerie, comme le rallye Le Béthunois. Pour le Tour de France, 80 % des effectifs étaient des réservistes. Il y a toujours un gendarme de carrière avec eux. Ils ne sont pas laissés seuls dans la nature. Qui les appelle ? C’est le service de gestion des réservistes du département, basé à Arras, qui centralise. Quand nous avons des besoins, on lui envoie un message. Et ce service trouve les réservistes disponibles, en fonction de leur lieu de résidence. A-t-il un contrat ? Le réserviste signe un contrat. Il est rémunéré suivant la mission et le grade. Il peut être appelé au maximum 60 jours par an. Il gagne entre 50 et 60 euros la journée. Il y a beaucoup de turnover et donc toujours des besoins. Propos recueillis par Mylène Réveille www.lagendarmerierecrute.fr Source de l'article: L'avenir de l'Artois