La «bousculade» du gendarme réserviste

La «bousculade» du gendarme réserviste

La «bousculade» du gendarme réserviste

Éméché, il a poussé sa conjointe en regagnant leur domicile de Dallon, dans l’Aisne. Depuis, la gendarmerie l’a suspendu de toutes fonctions...
Ça ne rigole pas du tout dans les rangs de la gendarmerie. Malgré des états de service irréprochables, cet adjudant de réserve «  médaillé  » par les autorités ne patrouille plus avec les militaires depuis le 10 novembre 2016, date à laquelle sa conjointe a déposé plainte pour violences. Malgré son expérience au cours de laquelle il est intervenu à plusieurs reprises pour calmer des conflits conjugaux, le réserviste est tombé les deux pieds en avant sur un cas d’école.

« Pousser quelqu’un, ce n’est pas faire des câlins »

Lors de cette soirée, où il avait consommé quelques verres avec sa conjointe, il a quelque peu dérapé. La victime en convient : «  Il m’a poussée, mais pas violemment.  » D’abord, une première fois où sa compagne s’est retrouvée ventre à terre sur les gravillons. Puis une seconde fois en montant les marches amenant à la maison, toujours tête la première. Mais il n’aurait rien fait. En tout cas, c’est ce qu’il consent à dire. Ce qui prête à sourire, c’est son excuse, «  sur une terrasse mouillée, dans le noir, Madame avait des talons, alors forcément… », ce n’est pas de sa faute. La procureure n’aime pas qu’on minimise. «  Pousser quelqu’un, ce n’est pas faire des câlins.  » Là où l’histoire prend une autre tournure, c’est que la conjointe a écrit une longue lettre à la procureure de la République, le 22 novembre, pour expliquer qu’elle regrettait sa plainte et qu’elle la retirait. Inutile parce que le procureur a l’opportunité des poursuites. Alors, même si le couple a entamé une thérapie, le tribunal a décidé de sanctionner le gendarme réserviste à suivre un stage de sensibilisation aux violences conjugales avec une petite faveur : ne pas inscrire la condamnation sur le B2. La balle est dans le camp de la gendarmerie : reprendra-t-elle dans ses rangs un réserviste égaré ? Pas sûr...
Source de l'article: Courrier-Picard.fr - Par GUILLAUME CARRÉ