Bitche : le 16 cherche des réservistes

republic-lorrain-bitche

Thomas, réserviste opérationnel, intégrera l’école des sous-officiers de Saint-Maixant au mois de mars 2017, ici avec le capitaine John. Photo RL

Le 16e bataillon de chasseurs compte une centaine de réservistes. Mais les portes restent ouvertes à tous les volontaires. De nouvelles incorporations auront lieu en novembre, en décembre et en janvier.

Au 16e bataillon de chasseurs, régiment de traditions, la 6e compagnie de réserve a elle aussi ses lettres de noblesse. Elle s’enorgueillit d’une centaine de jeunes volontaires, capables de servir concomitamment en synergie avec leurs camarades d’active dans des missions telles que Sentinelle. Thomas, un jeune Bitchois, âgé de 19 ans, est cité en exemple.

L’INTERVIEW

• Comment avez-vous découvert la réserve ? « Fils de militaire d’active, je suis réserviste depuis plus d’un an. Je l’ai découverte lors de la journée des réserves qui s’est déroulée au camp de Bitche. Elle a lieu maintenant à Metz. Ce jour-là, les militaires d’active nous ont montré ce qu’on pouvait y faire, ce que cela pouvait apporter par la suite, du coup cela m’a donné envie de le faire. J’ai signé mon contrat. Après, je suis parti sur une formation de 17 jours, la formation initiale du réserviste où l’on apprend les bases du métier de militaire : tir, combat, topographie, savoir se présenter, ce qu’un militaire d’active fait mais en version plus réduite. » • Comment se passe la formation sur le terrain ? « C’était une bonne expérience. Sur les 17 jours, on a fait 15 jours de terrain, on a dormi sous tente. Pour la cohésion, c’était pas mal. On a appris à créer des liens avec des personnes qu’on ne connaissait pas du tout. Pour l’instant, je suis à la 6e compagnie du bataillon de chasseurs, la compagnie de réserve. On y vient pour des périodes de tant et tant de semaines programmées par le commandant d’unité. Grâce à la réserve, pendant les périodes d’activité, on s’entraîne pour des missions Sentinelle où l’on sera déployé avec des compagnies d’active. J’en ai faite une à Lyon au mois d’août avec la 5e compagnie et je pars au mois de novembre avec la 2e compagnie. » • Que vous a apporté la réserve ? « La réserve m’a permis de voir que j’étais fait pour ce milieu. J’ai maintenant pris contact avec le centre d’information de formation et de recrutement de l’armée. Je pars au mois de mars à l’école de sous-officiers d’active à Saint-Maixent. La réserve a impacté mon dossier. Mon père était militaire d’active au 57e RA, on est là depuis ce temps. Quand le 57e a été dissous, il est parti au 2e régiment de hussards et maintenant...
  Source et suite de l'article: republicain-lorrain.fr