141 gendarmes réservistes prêtent serment

ld03122016

La Haute-Garonne compte actuellement 600 réservistes et 1 2 00 gendarmes d'active./Photo DDM, Nathalie Saint Affre.

Suite à l'obtention de leur diplôme d'agents de police judiciaire adjoints 141 gendarmes réservistes ont prêté serment dans un contexte d'engouement des jeunes pour la gendarmerie.
Cérémonie inédite, hier matin dans la grande salle du conseil de la cour d'appel de Toulouse où 141 gendarmes de la réserve opérationnelle de la Haute-Garonne ont prêté serment. Les prestations de serment des jeunes gendarmes réservistes sont une pratique habituelle au sein des réserves territoriales. Mais elles ne concernent en général que quatre à cinq nouveaux réservistes. La réunion de 141 prestataires dans une même salle d'audience constitue donc une première en France, explique en substance le colonel Mazzonetto chargé de mission à la réserve territoriale 31. Cette nouvelle promotion de gendarmes réservistes compte 30 % de femmes et balaye tout l'éventail des métiers. Beaucoup sont encore étudiants, d'autres sont chefs d'entreprise, pâtissiers, ingénieurs ou profs de fac… Récemment admis à l'examen d'agent de police judiciaire adjoint, ils sont, grâce à ce serment, habilités à exercer les nouvelles prérogatives, telles que l'habilitation à dresser certains PV électroniques, ou d'effectuer des contrôles d'identité, qu'ils viennent d'acquérir grâce à l'obtention de ce diplôme. Mais au-delà de son caractère formel, cette prestation de serment massive souligne le nouvel engouement suscité par la gendarmerie. «Suite aux événements du 14 juillet, le nombre des volontaires a explosé. En Haute-Garonne nous avons fait le plein de la nouvelle promotion, mais nous avons encore 500 dossiers en attente qui ne seront pas forcément pris ou à tout le moins pas dans l'immédiat» souligne le colonel Mazzonetto. De 26 000 aujourd'hui sur l'ensemble du territoire national, le nombre des gendarmes réservistes atteindra 40 000 personnes fin 2018. Payés pour des missions de huit heures entre 85 € pour un gradé et 50 € pour un simple gendarme, les réservistes sont devenus la clé de voûte de la gendarmerie. «Sans eux les brigades ne pourraient plus fonctionner», poursuit le colonel. En Haute-Garonne 600 réservistes travaillent en complément des 1 200 gendarmes d'active affectés au département. Ils interviennent dans le cadre des missions Sentinelles ou Vigipirate. Mais leurs compétences professionnelles sont également mobilisées au sein des groupements où ils apportent leur expertise. Hier matin, une minute de silence a été observée à la mémoire du Major Christian Rusig tué en service à Ussat en Ariège et dont la sépulture se déroulait à l'heure même où les 141 réservistes prêtaient serment

Pourquoi s'engager dans la gendarmerie ?

Mélanie, 23 ans, étudiante «Je suis étudiante en 2e année d'école d'infirmière. J'interviens trois à quatre fois par mois à Muret. Réserviste pour la deuxième année, j'ai découvert la gendarmerie grâce à mon conjoint qui a intégré la réserve une année avant moi.» Philippe, 47 ans, Maître de conférences à Toulouse 3 «je suis réserviste depuis 17 ans à la gendarmerie que j'ai découvert lors de mon service militaire. Je suis affecté au secteur de Saint Orens et je fais également de la prévention au risque de piratage informatique pour les responsables de PME» Source et suite de l'article: LaDepeche.fr