Un 130e nom sur le monument aux morts

La cérémonie civile a débuté à 10 h 15, au parc de la Herverie, après une cérémonie religieuse à l'église Saint-Martin, à 9 h 30.

Jean Moreau, membre des anciens combattants, a énuméré les noms des 129 morts pour la France. Un 130e a été ajouté cette année, celui de Paul Edith.

Auguste Louapre, le maire, a souhaité rendre hommage à Élizabeth Huguenin pour ses cinq années de recherches sur Paul Edith. Pour la cérémonie du 11-Novembre, l'enseignante a préparé pendant une semaine, avec des élèves, le discours qui retrace l'histoire de ce soldat mort au combat. « Dans le cadre de la réserve citoyenne, je fais un travail de médiation sur le 11 novembre auprès des écoles »,explique t-elle.

Les 130 morts au combat ont été symbolisés par 130 volatiles lancés vers les cieux par quelques enfants et le colombophile bruzois, Hans de Raadt.

Le maire a redit combien « La paix est la seule voie possible pour faire vivre les valeurs républicaines ».

Cinq militaires du régiment décorés

Le 2e régiment du matériel (2e Rmat) était représenté par différents éléments de sa compagnie de commandement et de logistique ainsi que de la 3e compagnie. Cinq personnels du régiment ont été décorés : l'adjudant-chef Edouard et l'adjudant-chef Jacques, qui ont reçu la médaille militaire.

Le maréchal des logis Stéphane, le maréchal des logis Stéphy, et le maréchal des logis-chef Cédric ont reçu la médaille de la Défense nationale, échelon or.

Le chef de corps du régiment, le lieutenant-colonel Xavier Janny, a souligné l'importance de compter sur des réservistes.

L'un des récipiendaires, le maréchal des logis Stéphy, militaire actif à Laval jusqu'en 2009, n'a pas souhaité quitter l'armée. Depuis 2010, il est éducateur sportif et réserviste à Bruz.

Certaines actions permettent également de casser les préjugés. Ainsi, le jeune réserviste, sous-lieutenant Laurent, en dernière année d'école d'ingénieur à Brest, a encadré avec huit autres personnes, 27 jeunes, 13 filles et 14 garçons, du 22 octobre au 27 octobre.

Ce premier contact avec le monde militaire s'est déroulé aux écoles militaires de Coëtquidan...

Source et suite de l'article: Ouest-France.fr